Posté par anstama le 30 novembre 2007

 

logoanstama.jpg

Nous contacter : anstama@free.fr

Téléphone : 06-59-18-75-41

OOKAMI

 

Salle des hauts de cœur

 

62400 BETHUNE

 

HORAIRES

 

Enfants (6 à 13 ans) : mardi 18h00 à 20h00 et samedi 13h30 à 15h30

Adultes (à partir de 13 ans): mardi 19h45 à 21h30 et samedi 15h15 à 17h00

 

Publié dans arts martiaux, budo, bushido, Liens | 1 Commentaire »

l’esprit amerindien

Posté par anstama le 17 décembre 2007

Les Gardiens de la Terre  de Rachel et Jean-Pierre Cartier

Le temps est venu de nous mettre à l’écoute des Amérindiens, car eux seuls ont les réponses aux questions qui angoissent les Occidentaux. Et d’abord, la plus lancinante de toutes : quel monde laisserons-nous à nos enfants ?

Le chef indien Thundercloud nous livre l’unique leçon de sagesse qu’un homme puisse donner à un monde à la dérive : « Regardez l’arbre – c’est un arbre vivant, et, comme tout être vivant, il a un coeur. La sève est le sang de l’arbre, et l’écorce est sa peau. Il a des membres, ses branches, qui montent jusqu’aux cieux. Ses pieds sont ses racines. Comme nous, l’arbre relie le ciel et la terre. Ce lien, sous peine de disparaître, l’humanité doit absolument le retrouver. »

Nous sommes allés puiser aux sources de la sagesse indienne lors d’un rassemblement dans le Vermont, l’été dernier. Nous l’avons trouvée, mais nous avons aussi trouvé un monde en lutte du Canada à la Terre de Feu, des îles du Pacifique aux confins de l’Australie.

Partout les Amérindiens retrouvent leur fierté. Les jeunes recherchent leurs traditions, leurs rites et leur culture. C’est pour eux une question vitale. Et pour nous, peut-être, la genèse de l’espérance qui nous fait défaut.

« Notre terre vaut mieux que de l’argent. Elle sera toujours là. Elle ne périra pas, même dans les flammes d’un feu. Aussi longtemps que le soleil brillera et que l’eau coulera, cette terre sera ici pour donner vie aux hommes et aux animaux. Nous ne pouvons vendre la vie des hommes et des animaux. C’est pourquoi nous ne pouvons vendre cette terre. Elle fut placée ici par le Grand Esprit et nous ne pouvons la vendre parce qu’elle ne nous appartient pas. »

Chef indien Blackfeet (Pieds-Noirs)



« Frère, notre territoire était grand et le vôtre était petit. Vous êtes maintenant devenus un grand peuple, et il nous reste à peine l’espace pour étendre nos couvertures. Vous avez notre pays, mais cela ne vous suffit pas. Vous voulez nous forcer à épouser votre religion.

Frère, continue à écouter. Tu te dis envoyé ici pour nous apprendre à rendre le culte au Grand Esprit d’une manière qui lui soit agréable. Et tu prétends que si nous n’adoptons pas la religion que vous les Blancs vous prêchez, nous seront malheureux ici-bas. Tu dis être dans le vrai et que nous sommes perdus. Comment pourrions-nous vérifier la vérité de tes paroles? (…)

Frère, tu dis qu’il n’y a qu’une seule façon d’adorer et de servir le Grand Esprit. Si il n’y a qu’une religion, pourquoi le peuple blanc est-il si partagé à ce sujet? Nous savons que votre religion est écrite dans un livre. Pourquoi n’êtes-vous pas tous d’accord, si vous pouvez tous lire le livre?

Frère, nous ne comprenons pas ces choses. On nous dit que ta religion a été donnée à tes ancêtres, et s’est transmise de père en fils. Nous aussi nous avons une religion que nos ancêtres ont reçue et nous ont transmise, à nous, leurs enfants. Nous rendons le culte de cette manière. Il nous apprend à être reconnaissants pour toutes les faveurs que nous recevons, à nous aimer les uns les autres et à être unis. Nous ne nous querellons jamais à propos de religion parce que c’est un sujet qui concerne chaque homme devant le Grand Esprit. »

Sa-go-ye-wat-ha, ou Red Jacket, chef Seneca (Iroquois) et grand orateur des Six Nations



« Enfant, je savais donner. J’ai perdu cette grâce en devenant civilisé. Je menais une existence naturelle, alors qu’aujourd’hui je vis de l’artificiel. Le moindre joli caillou avait de la valeur à mes yeux. Chaque arbre était un objet de respect. Aujourd’hui, j’admire avec l’homme blanc un paysage peint dont la valeur est exprimée en dollars ! »

Chiyesa, écrivain indien contemporain



« Le Grand Esprit nous a donné une vaste terre pour y vivre, et des bisons, des daims, des antilopes et autres gibier. Mais vous êtes venus et vous m’avez volé ma terre. Vous tuez mon gibier. Il devient dur alors pour nous de vivre. Maintenant vous nous dites que pour vivre, il faut travailler. Or le Grand Esprit ne nous a pas fait pour travailler, mais pour vivre de la chasse. Vous autres, hommes blancs, vous pouvez travailler si vous le voulez. Nous ne vous gênons nullement. Mais à nouveau vous nous dites « pourquoi ne devenez-vous pas civilisés ? » Nous ne voulons pas de votre civilisation ! Nous voulons vivre comme le faisaient nos pères et leurs pères avant eux ».

Crazy Horse, grand chef Sioux du clan Oglalas



« L’homme blanc, dans son indifférence pour la signification de la nature, a profané la face de notre Mère la Terre. L’avance technologique de l’homme blanc s’est révélée comme une conséquence de son manque d’intérêt pour la voie spirituelle, et pour la signification de tout ce qui vit. L’appétit de l’homme blanc pour la possession matérielle et le pouvoir l’a aveuglé sur le mal qu’il a causé à notre Mère la Terre, dans sa recherche de ce qu’il appelle les ressources naturelles. Et la voie du Grand Esprit est devenue difficile à voir pour presque tous les hommes, et même pour beaucoup d’Indiens qui ont choisi de suivre la voie de l’homme blanc. Aujourd’hui, les terres sacrées où vivent les Hopis sont profanées par des hommes qui cherchent du charbon et de l’eau dans notre sol, afin de créer plus d’énergie pour les villes de l’homme blanc. On ne doit pas permettre que cela continue. Sans quoi notre Mère la Nature réagirait de telle manière que presque tous les hommes auraient à subir la fin qui a déjà commencé. Le Grand Esprit a dit qu’on ne devait pas laisser cela arriver, même si la prédiction en a été faite à nos ancêtres. Le Grand Esprit a dit de ne pas prendre à la terre, de ne pas détruire les choses vivantes. Aujourd’hui, presque toutes les prophéties se sont réalisées. Des routes grandes comme des rivières traversent le paysage ; l’homme parle à travers un réseau de téléphone et il voyage dans le ciel avec ses avions. Deux grandes guerres ont été faites par ceux qui arborent le swastika ou le soleil levant. Le Grand Esprit a dit que si une gourde de cendres était renversé sur la terre, beaucoup d’hommes mourraient, et que la fin de cette manière de vivre était proche. Nous interprétons cela comme les bombes atomiques lancées sur Hiroshima et Nagasaki. Nous ne voulons pas que cela se reproduise dans aucun autre pays pour aucun autre peuple ; cette énergie devrait servir à des fins pacifiques, non pour la guerre. Nous, les chefs religieux et porte-parole légitimes du peuple indépendant des Hopis, avons été chargés par le Grand Esprit d’envoyer au président des Etats-Unis et à tous les chefs spirituels une invitation à nous rencontrer pour discuter du salut de l’humanité, afin que la Paix, l’Unité et la Fraternité règnent partout où il y a des hommes. »

Lettre des Indiens Hopis au président Nixon en 1970

 



 

Quand je vois …

Quand je vois un animal, libre dans la forêt où il est né,

 

heureux, en équilibre avec ce qui l’entoure,

ses besoins étant comblés à même la nature,

faisant partie d’un système naturel où chaque espèce a sa place

et son rôle à jouer, où chacun a un cycle de naissance et de mort,

de floraison et de sécheresse, de migration et d’amour…

tout naturellement…

Quand je vois un animal qui s’approche curieux,

sans crainte de l’être humain,

un animal sauvage qui n’a jamais été chassé

et surtout qui n’a jamais été blessé par « l’homme »…
pas comme ces animaux qu’on voit dans les parcs « protégés »

par les gouvernements blancs, ces parcs … où on paie si cher pour chasser,

où on essaie de préserver ce qui reste de ce qu’on a détruit

à l’aide de clôtures, de tickets d’entrée et d’affiches publicitaires…

Mais ce que je remarque dans tout ceci c’est qu’il manque une espèce…

une espèce qui vivait autrefois en liberté…

l’espèce humaine que l’on appelait « indiens »…

Je pense à ce peuple qui vivait, libre,

sur le territoire où étaient nés les ancêtres,

heureux, en équilibre, autonome, harmonieux…
Le peuple autochtone vivait près de ses frères animaux,

et de ses sœurs les plantes,

avec eux, aussi naturellement qu’eux, près de la nature,

avec elle, ensemble sur la Terre-Mère…

Et je m’horrifie de ce qui s’est passé …

Tout  ce qui reste de ce monde merveilleux est très restreint,

et ça s’appelle maintenant des parcs « naturels », réserves fauniques

et réserves indiennes…

Le merveilleux a peu à  peu disparu…

il a fait place au suicide des jeunes, à l’alcoolisme, à la pauvreté,

et à toutes sortes de problèmes sociaux… en plus, il y a maintenant, la pollution, les barrages, les villes… et la misère morale qui va avec…

Mais je vois encore, dans le regard de l’animal libre de la forêt

la même lueur que dans dans le regard de certains indiens…

je vois cet être fort et courageux qui ne demande qu’à être heureux…

et j’aurai toujours du respect pour ce peuple qu’on a pensé détruit,

parce qu’à l’intérieur de lui dort en silence le feu sacré,

fort et fier
et qui ne saura sûrement pas tarder à se réveiller…
(Guyloup Tortue aimante)



Courage !
Moi, ce que j’entends souvent dire, c’est que les amérindiens ont souvent des problèmes, que ce soit de consommation ou même de violence.
Certains ne comprennent pas pourquoi nous sommes un grand peuple.
Dans le temps, nous n’avions pas besoin d’argent pour vivre, nous étions un grand peuple et nous le sommes toujours.
Certains ont oublié notre importance et l’importance de sauvegarder notre culture.
Je vois des amérindiens découragés qui baissent les bras, parce qu’ils ont subi des discriminations, parce qu’ils ont été humiliés et parce qu’ils ont été rabaissés.Mais quand on les regarde, ils sont encore debouts, voila la vraie beauté de ce peuple, notre peuple.
Vous vous dîtes peut-être que tout est fini et que vous allez en rester là, mais moi je dis qu’il faut rester debout et persévérer ! Certains ont perdu la notion des choses et ne croient plus en rien. Je vais vous dire moi, quand j’entends chanter ces personnes a tue-tête, quand je les voix danser et crier pour montrer qui on est et quelle est notre culture, je vois un grand peuple.
Ce peuple toujours aussi fort, ce peuple toujours debout.Moi ce que je pense, c’est qu’il n’y a pas de mot pour dire a quel point on est grand et puissant. N’arrêtez pas de croire en vous, n’arrêtez pas de croire en notre peuple et montrez à quel point notre peuple est résistant, montrez à quel point nous méritons d’être respecté l’un autant que l’autre. Croyez-y et ne baissez pas les bras.
La vie est un combat , c’est comme ça, il faut toujours se battre, c’est comme ça qu’on a des résultats.
On est toujours là et on va rester là, à notre place, c’est-à-dire notre pays, nos maisons. On va rester là et on ne bougera pas, quoi qu’il puisse se passer. Montrez au monde qui nous sommes. Moi j’en suis fière.
( Sandra Sirois (Waban-aki), abénaki)



Dualité et Équilibre

Depuis des centaines d’années, la terre souffre d’une destruction rapide de son équilibre et de sa bonté. Sa souffrance provient des civilisations dominées par les hommes qui ont complètement perdus leur équilibre spirituel. L’homme continue de regarder du côté de la politique, de l’économie et de la guerre pour résoudre les problèmes causés par la politique, l’économie et la guerre.

Notre Mère,  la Terre continuera de souffrir de notre façon de vivre déséquilibrée seulement jusqu’au moment où elle devra frapper, éliminer la vie humaine si nécessaire, se guérir, revenir à un état d’équilibre et recommencer. Certaines personnes croient que nous détruisons la planète. Cette croyance est un symptôme de l’orgueil démesuré de l’homme, de son « complexe de Dieu ». Nous avons abusé de notre pouvoir en nous détruisant nous même. Même si nous choisissons d’abuser de notre pouvoir en nous détruisant nous même, ma Mère la Terre survivra. Elle se guérira même si cela lui prend plusieurs milliers d’années pour se débarrasser de la saleté et des ravages de l’histoire humaine, ce n’est finalement qu’un temps très court à l’échelle de la vie de la planète Terre.

Depuis les temps anciens, les Lakotas se sont toujours vus comme les gardiens de la Terre. Nous ne croyons pas que la Terre nous appartient, nous savons que nous appartenons à la Terre.

Nous savons, et cela a toujours été une part de nos enseignements, que toute chose et que tout être dans leur nature sont duels, positif et négatif, masculin et féminin. Cette dualité est présente dans chaque forme d’existence ; du plus simple atome à la plus grosse masse de matière de l’univers. Cette dualité existe aussi dans le Créateur.

Nous connaissons le Créateur comme masculin et féminin mais nous avons pris l’habitude d’oublier la partie féminine du « Grand-Mystère ». Nous avons été si profondément influencés par la société en place que nous avons permis à nos tendances négatives d’aller de plus en plus loin dans le déséquilibre.

Dans toutes les histoires des civilisations qui se sont engagées dans ces tendances et croyances de la société dominante, il y a des mythes, légendes et écritures religieuses qui décrivent Dieu comme purement masculin. Ils disent que Dieu a fait l’homme à son image et qu’ensuite il a fait la femme pour la donner à l’homme. Beaucoup de gens croient que se sont les femmes qui ont apporté le mal, la douleur et la souffrance de ce monde. Ils utilisent ceci comme une excuse non seulement pour dominer et contrôler la femme, mais aussi pour rabaisser tout ce qui est féminin en incluant bien sûr ma mère la Terre.

Ceci a conduit la vie à un monde dirigé par le cerveau gauche. La société révère les fonctions les plus masculines : mathématique, science, stratégie militaire. Ils accordent beaucoup moins d’importance aux aspects féminins tels que l’intuition, une éducation plaçant les enfants au dessus de toutes les autres priorités ainsi qu’un comportement harmonieux.

Nous, Lakotas reconnaissons la dualité masculin/féminin dans le Créateur. Notre Pipe Sacrée nous a été apportée pas une femme. Nos cérémonies sacrées nous ont été données par une femme. Intérieurement, nous ne ressentons pas que notre aspect masculin est menacé en honorant le féminin. Parce que nous honorons l’énergie féminine, nous sommes capables de respecter notre mère la Terre. Nous pouvons aussi regarder nos enfants comme le plus grand cadeau du Créateur. Nous pouvons prendre des décisions politiques et sociales selon les critères qui sont les meilleurs pour les générations futures et la nouvelle ère qui arrive. Nous pouvons vivre en équilibre sachant que lorsque nous quitterons cette Terre, nos petits enfants la trouverons dans les mêmes conditions que celles que nos grands parents nous avaient laissées. Équilibre, Harmonie, Pureté et Santé.

Beaucoup de gens croient que leur religion est « la seule véritable religion » et qu’ils doivent en faire la religion universelle. Cela a à voir avec le pouvoir, la richesse et la domination du monde mais n’a rien à voir avec la spiritualité. Cette croyance a conduit aux guerres, aux emprisonnements, tortures, meurtres ainsi qu’à la violation du droit le plus sacré que Dieu ait donné ; la Liberté de la conscience en ce qui concerne les questions spirituelles, et ceci au nom de Dieu.

Beaucoup de gens croient dans la philosophie « New-âge » Qui consiste à fabriquer une religion en mélangeant les morceaux de toutes les religions. Ils proclament qu’ils respectent toutes les religions quant, en fait, ils leur manquent déjà de respect en les regardant comme un supermarché de produit dont ils vont pouvoir faire leur propre soupe religieuse.

Je crois que beaucoup de religions dans le monde se sont profondément éloignées de la vérité spirituelle sur laquelle elles étaient fondées. Cela se passe même dans notre propre peuple. Nous n’avons pas perdu nos enseignements mais nous ne vivons plus vraiment au travers d’eux.

Il y a quelque vérités spirituelles de base que tous les peuples doivent suivre pour pouvoir diriger leur vie dans leur propre religion, leur propre chemin spirituel.

Ce qui est créé par Dieu est sacré. Tout ce qui est créé par l’homme ne l’est pas. La Terre a été créée par Dieu aussi elle est sacrée. Les frontières et les gouvernements ont été créés pour servir les intérêts des hommes ; aussi ne sont-ils pas sacrés. Le plus haut et le plus noble peut être corrompu.

Le plus puissant et le plus fort peut devenir faible et tomber. L’homme peut les changer, les corrompre, les détruire et les reconstruire. La Terre de Dieu continue avec ou sans eux.

Les ressources et les richesses de cette Terre ont été créées par Dieu ; elles sont sacrées. Les animaux, les plantes, les arbres, l’air, l’eau, sont tous créés par Dieu ; ils sont sacrés. Les grands groupes, les systèmes économiques, la bourse, la complexité moderne et les structures politiques ont été faites par l’homme pour servir ses intérêts ; ils ne sont pas sacrés. Une poignée de gens peut ainsi amasser des biens matériels pendant que beaucoup de gens souffrent. De grandes quantités de formes de vie disparaissent aussi à cause de ces mêmes personnes. Ils peuvent continuer sur les chemins de la destruction pour le pouvoir et le profit jusqu’à ce qu’eux-mêmes ne puissent plus survivre sur leur propre tas d’ordures laissant par la même occasion derrière eux une planète inhabitable pour les générations futures. La Terre de Dieu se purifiera et se guérira d’elle-même.

Ce n’est pas à nous de décider qu’une forme de vie est plus sacrée qu’une autre. Nous devons apprendre à vivre sans dépenser plus que ce dont nous avons besoin. Prendre la vie d’un animal n’est pas pire ou meilleur que de prendre la vie d’un arbre ou de n’importe qu’elle autre plante.

Chaque jour et chaque nuit, les gardiens de la tradition Lakota prient pour l’humanité, les animaux, les plantes, ceux qui sont dans le monde des esprits, la Terre, l’Eau, le Feu et l’Air. Nous prions pour les animaux quand nous les tuons pour la nourriture et pour manger leur viande. Nous prions pour les plantes quand nous les cueillons pour les cérémonies et les guérisons.

Nous, Lakotas, croyons que toute chose crée par Dieu est sacrée et en tant que partie de la Création nous sommes aussi « connectés. A chaque fois que nous prions, nous finissons nos prières par les mots « MITAKUYE OYASIN » ( à toutes mes relations). Avec cette petite phrase, nous prions pour toutes les choses.

Chief Archie Fire Lame Deer.

Publié dans amérindien, anstama | Pas de Commentaire »

123456
 

Etienneshb |
squash auvergne |
quads |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les coups de " trot "
| Association CABCL de Brive ...
| TeamAGsport